• Bontoutood

    83 ans.
    Elle était là, dans un lit d'hôpital, et elle avait 83 ans.
    Elle allait mourir. Elle était heureuse comme jamais. Oh non, pas heureuse de mourir. D'avoir tenu jusque là. Elle la première n'aurait jamais cru. Pour elle qui avait voulu s'ôter la vie, 83 ans, ça fait quelque chose.
    Elle éviter de repenser à cette fameuse soirée. Celle qui avait faillit être la dernière. Oui, elle avait réussi à ne plus y penser. Enfin, tout du moins a une grosse partie de cette soirée.
    Seulement aujourd'hui c'était spécial. Elle allait mourir, elle avait 83 ans et elle était heureuse.
    Et cette soirée s'est remise devant ses yeux. Comme si elle voulait faire une blague, en se mettant devant l'objectif. En gros plan.
    Il ne pleuvait pas ce soir là. Et elle ne regardait pas les gouttes couler lentement sur les vitres. Ni le flou des réverbères. Et encore moins les gens passer en riant. Elle n'aurait jamais eu le courage, elle adorait la pluie et les sourires.
    Le ciel était violet. Elle adorait aussi le violet. Et elle s'est dit qu'elle voulait y monter, dans ce ciel.
    Elle s'était assise au milieu du salon. Elle voulait mettre des bougies autour d'elle mais s'était dit que ce serait dangereux. C'était elle qui devait mourir, personne d'autre.
    Tant pis pour les bougies.
    Sa fille devait être entrain de bien manger dans sa famille d'adoption, le père tout autre chose avec sa nouvelle femme de sa vie, et ses parents dormaient toujours aussi profondément quelques mètres sous terre. Elle avait toujours était contente d'être fille unique. Ben là elle retirait. Les amis? Non. Le boulot? Ca risque pas.
    Bon. Sa mort n'affecterait personne, elle était prête.
    Le peu d'argent qu'il lui restait s'était transformé en arsenic, qu'elle avait posé devant elle. Son verre de vodka était également à ses pieds. Elle n'avait jamais bu d'alcool alors elle avait pensé qu'il fallait goûter au moins une fois.
    Elle n'avait pas pleuré. Elle était prête et sans regrets. Sa fille était heureuse et c'était le principal.
    C'est bon, elle pouvait devenir violette.
    Après c'est un peu mélangé par contre. Elle a eu probablement un moment d'inconscience. Ses mains tremblaient, ça c'était sûr.
    C'est le téléphone qui a réajusté le flou.
    Comme un réveil en sursaut.
    Elle n'a jamais compris pourquoi elle avait répondu à ce coup de fil. Elle était prête. Sans regrets. Elle n'avait strictement aucune raison de répondre. Eh ben la raison s'est faîte toute petite.
    Elle a décroché.
    Avec un allo timide. Un allo apeuré même.
    Et elle a entendu une toute petite voix... Qui a résonnée dans sa tête. Et résonne toujours depuis. Une toute petite voix. Une qui dit toujours la vérité et qui voit la réalité comme personne.
    Une qui lui a dit tout doucement:

    « Bonne anniversaire maman... Je t'aime... »

    (merci a Paula, mini muse...^^ )


  • Commentaires

    1
    malo
    Jeudi 22 Septembre 2005 à 21:07
    tu
    vas me faire pleurer...
    2
    moui...
    Jeudi 22 Septembre 2005 à 21:43
    vraiment
    magnifique la tite puce....
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :